cure_thermale_animaux

Les cures thermales pour les animaux ?

Bon pour commencer, c’est quoi une cure thermale ?

Les cures thermales :

Une cure thermale vise à améliorer le bien-être, selon Wikipédia une cure thermale est un traitement médical prescrit par un médecin qui se déroule dans une station thermale sur trois semaines, au cours desquelles le patient est traité pour son affection par les eaux minérales naturelles des sources thermales et par leurs produits dérivés.

En plus clair c’est un séjour en centre spécialisé qui permet de soigner plusieurs pathologies ou problèmes de santé à l’aide de l’eau et de ses différentes utilisations.

On peut soigner les maux de dos, comme les douleurs lombaires, l’arthrose, l’arthrite, les troubles articulaires. Les douleurs liées à l’accouchement peuvent être réduites, de même pour les insuffisances cardiaques. Les cures thermales soignent également les problèmes de peau comme les varices, le psoriasis, ou même l’acné sévère.

Cette pratique se fait sous prescription médicale puisqu’elle sert à améliorer l’état de santé du sujet. Sinon on parle de séjour thermal si la visée est purement ludique.

Mais ici on ne va pas parler de bipède, on va parler de nos compagnons à quatre pattes !

Les cures thermales pour nos boules de poils ?

Ici on parle de chiens comme de chats, et oui les deux peuvent y avoir droit. Bien que peu de chats semblent adeptes de l’eau, on trouve beaucoup de fidèles aux cures thermales.

Des stations entières dédient leurs soins aux animaux, elles proposent différents services et formules.

Balnéothérapie :

La balnéothérapie est un soin basé sur l’eau, on plonge l’animal dans une baignoire adaptée à sa morphologie puis on laisse faire le miracle de l’eau. Elle aide à la reprise d’une activité physique après une blessure ou en cas de surpoids. L’eau vient accompagner le mouvement et faciliter la reconstruction des tissus. L’eau vient en plus drainer et masser l’animal, ajoutant alors de la détente et du calme.

Chromothérapie :                                                         

La chromothérapie c’est littéralement le soin par les couleurs. Elle ne fait pas partie de la cure thermale mais s’ajoute souvent au programme de soin. On va proposer un bain de lumière à l’animal, en fonction des couleurs diffusées le message diffère.On retrouve par exemple le violet qui calme les insomnies, l’anxiété ou même qui apaise les peurs et colères trop fortes.

Hydrothérapie :

L’hydrothérapie est conseillée en cas de problèmes articulaires, soit de la dysplasie, de l’arthrose par exemple. Cette méthode complète souvent des soins médicaux en parallèle. L’hydrothérapie est également efficace pour la perte de poids, il faut associer ce soin à un régime spécifique pour optimiser les effets.

Fitness :

En cure thermale, on propose très souvent du fitness, bien qu’il ne fasse pas parti du processus thermale : en effet, il existe des machines comme des tapis de course qui peuvent changer de vitesse ou même d’indice de montée. Des ateliers de course, des exercices fitness, du “doga” (yoga pour les chiens et chats), trampoline, …

Massage :

De même que pour le fitness ou la chromathérapie, le massage est un soin que l’on peut ajouter, mais qui ne fait pas partie intégrante d’une cure thermale.

Il n’y a pas que les humains qui peuvent être chouchoutés ! Les animaux peuvent être massés, l’anatomie animale diffère selon chaque espèce et chaque race mais il est possible de détendre les tissus et de soulager les douleurs comme l’arthrose ou même les blessures. Les massages vont également détendre l’animal et peuvent résoudre des problèmes de comportement.

Spa :

Un spa c’est une piscine à bulle avec des jets dirigés, les humains sont souvent de grands adeptes de ce format, les animaux aussi ! Le spa leur permet de détendre les tissus de la peau et de détendre l’animal, ce soin vient plus en complément pour le plaisir de l’animal, qu’en réel soin à part entière.

Le + historique d’un de nos associés passionné d’histoire :

Sais-tu que les sources de la Seine sont guérisseuses ? Il a été retrouvé plusieurs milliers d’objets (appelés ex votos) représentant des parties du corps soignées, données en offrande à la source suite à guérison. A l’époque gauloise, ce lieu était très fréquenté au nombre des objets trouvés, et l’usage était bel et bien thermal, car médicinal !
A l’époque des romains et des gallo-romains, les thermes étaient surtout des lieux publics où l’on se détendait, où l’on discutait politique, un peu comme une “balnéo bien-être”, sauf qu’à l’époque c’étaient des lieux accessibles à un plus large éventail de catégories de population, notamment plus pauvres. La pratique des thermes était quasi quotidienne, les romains étaient très propres ! Il y avait un protocole très ritualisé avec une succession de bains froids et chauds notamment. La vocation des thermes à cette époque n’était donc pas médicinale mais plutôt à l’hygiène corporelle quotidienne et à la détente, aux affaires publiques et commerciales… On peut comparer ces mœurs et usages à la pratique du sauna dans les pays nordiques.
De nos jours, les cures thermales sont également prescrites pour des pathologies respiratoires (asthme, problèmes ORL), et pour des problèmes de surpoids (voir le filmmince alors !). La vocation première des thermes tels que nous les connaissons est médicinale, il apparaît également une orientation “bien-être”. Les vertus de soins thermaux curatifs, palliatifs (et préventifs) ne sont plus à prouver, cependant on observe une relative diminution des prescriptions. Les raisons peuvent être la durée (3 semaines) des soins relativement longue et difficilement compatible avec une activité. Il faut bien différencier les deux orientations, car une cure à orientation médicale est loin d’être une sinécure ! Jusqu’à plusieurs heures par jour de traitements obligatoires chronométrés et éprouvants, pendant trois semaines, et ces soins ne sont pas du tout agréables pour beaucoup. Il y a également un suivi médical par un médecin thermal et des rendez-vous de contrôle. Une cure n’est prise en charge par les organismes de couverture santé que si elle est suivie dans sa totalité, il peut y avoir un reste à charge. En revanche, les effets bénéfiques sur la santé sont souvent non négligeables, et relativement durables, voire permanents. Les patients trouvent que cela vaut le coup !
L’orientation bien-être voit de plus en plus d’adeptes, l’objectif est ici la détente et le bien être en général, les prestations de soins sont réduites à celles qui procurent de l’apaisement, à la carte, le cadre est différent, propice également à la détente, et la durée est aussi à la carte, généralement plus courte (forfaits jour, ou 1 semaine par exemple). Pas de prise en charge évidemment, il ne s’agit en aucun cas d’acte médical. Les prestations thermales sont souvent combinées avec d’autres soins (massages, phyto-soins, réflexologie, …). Les pratiquants orientent donc un budget en conséquence pour leur bien-être sur ce type de prestations.
Je ne connaissais pas du tout cette pratique pour nos amis les bêtes, je trouve d’ailleurs l’idée très bien et très intéressante, mais malgré tout je suppose que l’orientation médicale est tout aussi loin de l’image des “thermes bien-être” qu’on s’en fait et qu’on vit en s’offrant des prestations bien-être.