Capture d’écran 2021-05-18 à 10.23.45

Le Bien-être Animal c’est quoi ?

Le bien-être animal :

L’équipe PITA souhaite abordée un point important. Notre start-up développe un produit qui a pour but d’améliorer le bien-être animal, surtout lors de ses voyages. C’est pourquoi aujourd’hui nous allons préciser ce qu’est le bien-être animal.

5 Phrases :

Le bien-être animal a été défini par 5 phrases qui résume ce dont nécessite un animal, si elles sont transgressées, alors c’est le bien-être de l’animal qui est mis en jeu.

  • absence de faim, de soif et de malnutrition
  • absence de peur et de détresse
  • absence de stress physique et/ou thermique
  • absence de douleurs, de lésions et de maladies
  • liberté d’expression d’un comportement normal de son espèce

Certaines règles paraissent évidentes aux yeux de certains, malgré ça il arrive régulièrement que des conditions de vies catastrophiques soient déplorées chez certains animaux de compagnies ou d’élevage.

Certaines associations luttent activement contre ces fléaux comme 30 millions d’amis ou la SPA.

Absence de faim, de soif et de malnutrition :

Un des besoins essentiels pour la survie c’est l’alimentation, l’hydratation régulière et calibrée selon sa morphologie. 

Un animal à des besoins posologiques ( en fonction de son poids ) qui lui permettent de garder l’énergie nécessaire pour vivre. Certains aliments ne leurs sont pas adaptées du tout. Après l’adoption ou la naissance d’un animal, il est primordial que de l’emmener chez le vétérinaire afin de réaliser les tests nécessaires et avoir les meilleurs conseils nutritifs. 

La malnutrition passe aussi par la suralimentation inadaptée. On a tous déjà craqué devant le visage attendri de notre chat, chien, lapin qui quémande un morceau de jambon, de pain ou de carotte. Hélas, nous ne leur rendons pas service. L’animal ne mange pas les même choses que nous et certains aliments finirons par nuire à sa santé. Lorsque que les “craquages” sont exceptionnels et raisonnables, il ne faut pas s’inquiéter, l’important est de ne pas créer une habitude et donc un nouveau besoin pour votre animal. Renseignez vous toujours avant de donner un aliment à votre animal, certains aliments anodins pour nous sont toxiques pour eux. 

L’eau de l’animal doit être régulièrement changée, elle doit être potable afin de limiter les risques d’infections. L’animal va perdre des poils dans sa gamelle, en les ingurgitant il peut risquer des difficultés d’ingestions. Forte heureusement, certaines espèces (les chats en particulier) savent éliminer les poils.

La sous-alimentation comme la sur-alimentation sont dangereuses pour l’animal. Un animal qui mange trop doit être aidé et des solutions existent pour lui permettre de réduire sa consommation. 

Absence de peur et de détresse :

Le débat sur la présence des sentiments chez les animaux n’est pas l’objet ici, mais il reste important de comprendre qu’un animal ressent des émotions comme la peur ou la détresse. Il développe les même hormones que nous et qui peuvent engendrer des réactions semblables. 

Un animal peut-être très impacté par beaucoup de choses. Pour son bien-être, il ne doit pas être soumis à des peurs. Son propriétaire doit faire en sorte d’élever l’animal dans une atmosphère calme et sécurisante, empêchant alors les traumatismes. 

L’animal doit pouvoir voir la lumière du jour, les bruits doivent être limités pour lui éviter le stress. Son environnement doit correspondre à son espèce et il doit pouvoir avoir des interactions avec d’autres êtres humains ou de sa même espèce.

L’animal n’a pas à se sentir menacé, il est interdit de battre son animal ou de lui infliger des blessures. La menace psychologique est également interdite, un animal n’est pas un souffre douleur et ne doit pas être un défouloir. Dès lors que votre animal se sent en danger avec vous, c’est que son bien-être est rompu.

Si votre animal a déjà vécu ailleurs et avec quelqu’un d’autres avant vous, il arrive qu’il ait des séquelles et des traumatismes, il faudra savoir s’adapter à l’animal et essayer de comprendre pour l’aider à mieux vivre sa vie avec vous. Les traumatismes des animaux sont graves, tout autant que ceux humains, il est donc important de les prendre en considération.

Absence de stress physique et/ou thermique :

L’animal doit vivre dans des conditions correctes, même si votre animal possède un pelage épais, il doit pouvoir se loger et s’abriter sous un toit. Son confort est primordial pour son bien-être. L’animal ne doit pas avoir trop froid ou trop chaud. Un chien, chat, lapin ou autre nécessite un entretien et du matériel. Il doit posséder un endroit confortable pour se reposer, une cachette ou un coin réservé pour s’y réfugier, une niche ou une litière nettoyée régulièrement pour lui améliorer son confort de vie. 

Le repos de l’animal se définit par sa sécurité, il doit avoir un tapis, un coussins, ou quelque chose de confortable dans une place où l’animal ne se sentira pas menacé. En général, les animaux aiment pouvoir regarder un peu partout pour anticiper les dangers. Il doit également avoir un endroit pour faire ces besoins et celui-ci doit être régulièrement nettoyé et assaini. 

Un animal de compagnie n’est pas adapté pour rester dans les courants d’air. Beaucoup d’espèces ne supportent pas le vent car cela les fragilise et provoque en général des maladies.  Votre animal doit pouvoir être mis à l’abri du vent et de la pluie, il ne doit pas subir les aléas climatiques extrêmes.

L’obscurité est également dure à vivre et à supporter pour les animaux, leur cycle de vie se base sur le jour et la nuit. En l’absence de lumière, ils sont désorientés et peuvent vite déprimer. 

Il est bien que votre animal voit le jour et sort prendre l’air de temps en temps en fonction de ses besoins.

Absence de douleurs, de lésions et de maladies :

Il est malheureux de devoir préciser ces règles, mais les rappels ne font jamais de mal. Il est interdit de blesser et de faire souffrir son animal, autant physiquement que mentalement. La souffrance animal n’est pas tolérée en France et est rudement punie. Lorsque l’on adopte un animal, on prend la responsabilité d’en prendre soin. Il s’agit d’un compagnon de vie. 

De même que cet engagement vous oblige également à vous occuper médicalement de votre animal. Un animal malade doit être soigné. Pour son bien-être et aussi pour limiter la prolifération des maladies.

Un vétérinaire généraliste le suivra alors tout au long de sa croissance et sera parfaitement habilité à traiter les maux de votre compagnon. 

PITA rappelle que si vous êtes témoin de n’importe quelle violence animale, des standards existent chez les associations qui luttent pour le bien-être animal comme 30 millions d’amis ou la SPA.

Liberté d’expression d’un comportement normal de son espèce :

Votre animal appartient à une espèce, et même si désormais il vit au milieu d’humains, certains de ces comportements ne peuvent pas être niés. Si un animal est grégaire, c’est à dire qu’il vit en communauté, il ne doit pas être laissé seul. Ces besoins sociaux sont importants, son bonheur en dépendra.

Si vous empêchez à votre animal de s’approprier un territoire ou que vous le mettez en compétition avec un autre animal, vous bafouez alors son individualité. Certaines espèces ne vivent pas seules, il faut alors considérer que pour adopter un membre de l’espèce, c’est plusieurs compagnons qu’il faudra avoir. 

Certains animaux sont dépendants de leur maître, c’est le cas de beaucoup de chiens. Créer des séparations trop longues nuisent gravement au bien-être de l’animal qui va s’ennuyer et attendre impatiemment votre retour. Soit il faut lui trouver un partenaire de jeu, ou bien il faut trouver une solution pour le voir plus souvent. 

Un animal a ses caractéristiques, et on ne peut pas modifier entièrement le comportement d’une espèce. Adopter un animal, c’est aussi adopté son mode de vie et l’animal ne doit pas subir de constantes représailles. Il faut savoir trouver une limite entre apprendre à son chien à ne pas sauter et aboyer, et demander à son chien d’être statique et tout le temps calme. 

Un animal a des dépenses physiques à accomplir, sa santé est en jeu, vous devez permettre à votre animal de sortir ou de se dépenser. 

Réflexion :

Le bien-être animal est important pour quiconque aime les animaux. Adopter un compagnon n’est donc pas anodin et ne doit pas se faire sur un cou de tête irréfléchi. Vous devez vous assurez que vous pourrez répondre aux besoins de votre animal. Les 5 phrases du bien-être doivent pouvoir se vérifier :

  • absence de faim, de soif et de malnutrition
  • absence de peur et de détresse
  • absence de stress physique et/ou thermique
  • absence de douleurs, de lésions et de maladies
  • liberté d’expression d’un comportement normal de son espèce

Trop d’animaux sont abandonnés chaque année parce que leur entretien est contraignant. Il est important de prendre le temps. Un animal n’est ni un jouet ni un cadeau.

Lois : 

La règlementation de la  « protection des animaux » régit le bien-être de nos compagnons. Ces normes s’inscrivent dans une démarche préventive de la souffrance animale, imposant des obligations positives au propriétaire quant à la manière de traiter ses animaux » (avis Anses février 2018 p. 11/34).

Si vous êtes témoins d’un agissement nuisant au bien-être animal, vous pouvez contacter les forces de l’ordre qui mettront en application leurs protocoles de sauvetage.