L’abandon : le défi des refuges

En France, plus de 100 000 chiens et chats sont abandonnés chaque année plus particulièrement durant l’été. Ce mouvement met en difficulté  les services de refuges tel que la SPA qui se voient débordés par tant d’abandons. Les campagnes de communication pour lutter contre ce fléau ne cessent. L’équipe PITA a décidé de rajouter sa pierre à l’édifice afin d’informer toujours plus.

Les chiffres :

En 2020 le confinement a fait croître de 16% le taux d’abandons d’animaux de compagnies, ce sont 8500 animaux qui se sont retrouvés seuls durant l’été 2020.  Les refuges ont réussi à lancer des grandes campagnes d’adoption particulièrement grâce au protocole “adoption solidaire”. En effet, lors du premier confinement bon nombre de familles avaient adoptées des compagnons sur un coup de tête, engageant un taux d’abandon impressionnant en 2020.

Malheureusement, l’année 2020 a été plus rude pour les chatons qui ont vu leur nombre augmenter brusquement dans les refuges. Les chiens ont vu leur taux d’abandon descendre de 14%.

Le fléau qui vient s’additionner aux abandons est celui de la maltraitance, bon nombre de compagnons se sont vu enfermés des mois entiers de confinement avec des maîtres violents. Malgré les campagnes d’avertissement, le bien-être animal n’est pas encore établi.

Les faits :

Malheureusement, l’abandon se fait dans la plupart du temps à contrecœur pour les propriétaires, mais surtout, dans la souffrance pour l’animal.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette déchirante séparation, telle qu’un déménagement, un problème de finances ou un départ en vacances. Même si abandonner son animal est une étape difficile et déchirante, il est conseiller de le faire auprès d’un organisme spécialisé qui pourra le recueillir ou alors jouer de ses contacts afin de lui assurer une vie meilleure.

En revanche certaines pratiques d’abandon se font à l’encontre du bien-être animal tel que l’abandon sur voie publique qui est considéré comme un acte grave de cruauté animale et qui peut être puni d’une amende s’élevant à 30 000 euros et pouvant s’alourdir d’une peine de prison de 2 ans. On remarque que les principaux concernés par ces actes sont les chiens et les chats durant la période des vacances d’été où il y a une hausse des déplacements touristiques ainsi que familiaux.

Une question de responsabilité :

Adopter un animal est un engagement sérieux, il devient alors un membre de sa famille. En effet, il faut réfléchir aux besoins de l’animal, au coût de son alimentation et de ses soins. Il est facile de se laisser amadouer par leurs petites frimousses, mais un animal de compagnie ne doit pas être un caprice ou une envie passagère irréfléchie. Tout autant qu’il peut être un compagnon fidèle à vos enfants, un chien ou un chat n’est pas un jouet.

Il faut aussi se rendre compte que des sacrifices seront réalisés en terme de déplacements ou au niveau de son temps personnel. Celui-ci devra être dédié aux sorties de l’animal qui attend après son maître pour se soulager et se dépenser.

Les solutions :

Afin de réduire au maximum ce fléau, voici les solutions auxquelles nous avons pensé pour assurer que votre bien-être et celui de votre compagnon soit assuré durant vos déplacements tout en réalisant le moins de sacrifices possible.

Premièrement, nous vous conseillons de réfléchir longuement à l’adoption d’un animal de compagnie et de vous projeter dans le futur afin d’éviter de prendre des décisions hâtives. Il est important de savoir si vous êtes capable d’entretenir ainsi que de subvenir aux besoins d’un animal sur plusieurs années.

Si vous avez longuement réfléchi à l’adoption et que vous vous sentez en capacité d’adopter un animal de compagnie, veillez à son bien-être doit devenir une priorité pour vous.

  • Lors de l’annonce de vos prochaines vacances, n’hésitez pas à inclure votre animal avec vous.
  • Priorisez les destinations où vous trouverez des hébergements pet’s friendly.
  • Comparez vos moyens de transports afin d’établir un tableau de toutes vos options pour vous et votre animal de compagnie tout en assurant son bien-être et sa sécurité durant le voyage.
  • Des refuges et pensions pour animaux sont aussi une option si vous ne pouvez pas vous permettre d’amener votre animal avec vous. Cela a un coût, mais  vous pourrez le retrouver à la fin de votre séjour.
  • Si l’option de laisser votre compagnon à une personne de confiance est envisageable pour vous, n’hésitez pas et assurez-vous que votre animal est entre de bonnes-mains. Vous aurez une plus grande facilité à prendre des nouvelles de votre animal pour vous rassurer sur son bien-être.

Pour aider les refuges nous vous invitons à faire des dons, chaque euros versés est un museau de plus qui sera chouchouté !

Démarches :

Voici la démarche à suivre si vous souhaitez vous séparer de votre animal en refuge ! Vous devrez prendre un rendez-vous avec le refuge de votre choix, une participation d’environ 80 euros vous sera demandée afin d’anticiper les besoins et soins médicaux dont votre compagnon pourrait avoir besoin mais aussi pour financer le refuge. Il serait plus que judicieux d’informer le refuge du passé et comportement de votre animal ainsi que la raison de la séparation pour mieux faciliter son adoption.

Ce choix aussi difficile est bien plus responsable et courageux que de l’abandonner sur la voie publique. Soyez rassuré, vous participez à son bien-être.

Le souci lié à cette démarche est causé par l’engorgement des refuges lors des vagues d’abandons estivales.

Les points positifs :

Malgré une hausse de l’abandon animalier en 2020, on remarque une baisse en 2021 de 14% des abandons, de quoi espérer à un monde meilleur ! En continuant à rédiger des articles sur ce sujet, à créer des campagnes chocs, à échanger et partager à ce sujet, on peut espérer faire disparaître ce fléau.